BB King l’une des figures emblématiques du Blues

Written by on 18 mai 2016

L’une des emblématique légende du Blues … la légende d’Indianola, BB King, s’est éteint le 14 Mai 2015 à Las Vegas à l’age de 89 ans suite a un diabète de type II, dont il été affecté depuis 20 ans.

Issu de parents fermiers, Riley B. King naît le 16 septembre 1925 près d’Indianola, dans le delta du Mississippi. Alors que Riley n’a que quatre ans, son père quitte le foyer. Sa mère part alors vivre avec un autre homme à l’est du Delta. Mais, ne pouvant assumer l’éducation de Riley, elle le confie à sa grand-mère. Etant très croyante, Riley se rend chaque dimanche a l’église ou le pasteur joue de la guitare pendant l’office. Riley, fasciné, trouve là sa première influence musicale.

En 1935, Riley perd sa mère pour de bon, il n’a que 9 ans. Il vivra chez sa grand mère jusqu’à ce qu’elle décède en 1940. Malgré tout, il continue à habiter la cabane de sa grand mère et et à cultiver le coton. Mais la récolte est insuffisante et en 1940, il commence a sillonner les routes.

The Famous St. John’s Gospel Singer , fut son premier groupe et Bukka White avec qui il a appris le blues

Il à 16 ans quand il monte son premier groupe «The Famous St. John’s Gospel Singer»… Ceci dit, Riley continue de travailler dans les champs de cotons afin de s’acheter avec son premier salaire sa première guitare.

En 1943, il retourne à Indianola en quête d’un meilleur travail, avec le projet au fond de lui même de créer un meilleur groupe de chant. Riley travaille dans la plantation de Johnson Barrett, où il conduit un tracteur. Parallèlement, il chante dans les églises. A cette même époque, Riley joue aussi du blues le samedi soir au coin des rues d’Indianola, blues qu’il avait appris auprès de son cousin Bukka White.

En 1944, alors qu’il est appelé à faire son service militaire, Johnson Barrett, son employeur, non désireux de perdre un conducteur de tracteur expérimenté, lui suggère de se marier afin d’être exempté. C’est ainsi que Riley épouse sa première femme, Martha Denton, le 11 novembre 1944.

Riley cherche aussi à convaincre son groupe de gospel de quitter Indianola à la recherche de la gloire et de la fortune. Mais, il lui apparaît bientôt que s’il veut faire carrière dans la musique, il devra le faire seul. La décision tombe une nuit de mai 1946 en revenant des champs avec son tracteur. Il quitte incognito son travail et sa femme ; avec 2,50$ en poche, fait de l’auto-stop avec sa guitare jusqu’à à Memphis, à la recherche de son cousin Bukka White.

Bukka lui enseignera tout l’art du blues. Riley améliore son jeu et profite de sessions improvisées avec d’autres bluesmen rencontrés à Memphis … BB avouera quelques années plus tard qu’il a appris son fameux jeu vibrato en se frottant a bukka White … Se rendant compte qu’il est très difficile de vivre de sa musique, il s’en retourne travailler sur les terres de Johnson Barrett.

1948 .. après s’être exercé en jouant dans les coins de rue de Indianola, il revient à Memphis et demande à Sonny Boy Williamson qui anime une émission de blues à la radio KWEM s’il peut jouer une chanson dans son émission. Le succès est immédiat: la station est submergée d’appels, ce qui lui permet de jouer en concert face à un public au « Miss Annie’s Saloon« . Puis B.B. tente sa chance auprès de WDIA, une des premières radios où tout le personnel est noir. Là encore, Riley demande s’il peut enregistrer un disque. Surpris par cette demande, le patron de la radio a l’idée de le faire jouer dans un spot publicitaire de 10 min pour le soda Pepticon : Le succès est encore au rendez-vous et on le surnomme déjà « Pepticon boy« .

Des surnoms accrocheurs, suivi de grands standards de la musique Blues

Grâce à sa popularité, la station radio le promeut DJ. Riley a désormais sa propre émission: « The Sepia Swing Club » où il passe des disques d’artistes noirs, joue de la guitare et chante selon les demandes des auditeurs. Il ne lui manque plus qu’on surnom accrocheur: « Beale Street Blues Boy, » puis « Blues Boy King, » pour finalement le raccourcir en « B.B. King. » La popularité grandissante de B.B. l’amène rapidement à enregistrer ses premiers disques dès 1949, comme B.B. Boogie, mais c’est avec «Three O’Clock Blues» enregistré en 1951 suivi des grands standards que sont devenus «Sweet Little Sixteen», «Every Day I Have The Blues» et le majesteux «Sweet Little Angle» et «Woke Up This Morning» (suite au divorce avec sa 1ère femme) que BB explose littéralement la baraque «Blues» et reçoit enfin la reconnaissance national en tant que Bluesman. C’est une traversée du désert que connu BB King à partir de la seconde partie des années 50’s et ce jusqu’a 1966, date de la sortie de «The Thrill Is Gone» qui donna a BB King le succès mondial qui lui manquait … résultat de son second divorce … 1967, part en tournée et ne s’arrêteras pratiquement jamais depuis .. les meilleurs témoignages sont le Live At Filmore East et le Live At Montreux Jazz Festival.

En 1970 il participe au Ed Sullivan Show, véritable institution télévisée aux USA … BB King est devenu une star mondiale .. BB King est l’auteur de plus d’une 50 s’ albums dont plusieurs grands standards repris et joué par pratiquement tous, il a su d’imposer comme une référence de Blues .. celui qui s’entrainait a ses débuts a imiter son idole T-Bone Walker est devenu une idole pour une pléthore de musiciens et à crée son propre style, mélange de chant vocal et instrumental, simple mais pourtant terriblement efficace … des phrasés qui respirent le Blues … parfois même Jazzy ..

Lucille et les guitares de BB King

Pour anecdote, les guitares de BB King sont célèbres pour se nommer Lucille. La raison en est la suivante :  Un soir de 1949 dans un Juke Joint de l’Arkansas, une bagarre éclate entre deux hommes alors que BB King fait une prestation. En guise de chauffage, les propriétaires de la boite utilisait un bidon à moitié remplie de kérosène en feu afin de réchauffer la salle …

Durant la bagarre les deux hommes renversèrent le bidon, laissant le kérosène enflammé inonder le sol. Mettant ainsi le feu au Bar .. durant la panique, King a laissé derrière lui sa guitare, une Gibson ES-345 …

Une fois à l’extérieur, B.B. King pris le risque et revint à l’intérieur pour aller chercher sa guitare, le bâtiment s’écroulait autour de lui et il faillit y laisser la vie…Il apprendra plus tard que cette bagarre avait éclaté au sujet d’une femme, prénommé Lucille, il décida d’appeler sa guitare «Lucille» et toutes celles qui suivront en souvenir de ce mémorable incident où il risqua sa vie.

Rest in Peace Mr. Riley … BB King (Sept 16, 1925 – May 14 2015)

Current track

Title

Artist

Background